Projet Avignon 2019

13e année de Taïwan au Festival OFF d’Avignon :

Traditions revisitées et créations intemporelles

Depuis l’été 2007, le Projet Taïwan-Avignon s’est épanoui sur la scène avignonnaise avec le slogan TAIWAN TAKING OFF. Aujourd’hui, cette aventure continue à s’envoler sur ce terrain d’expériences artistiques. Porté par le gouvernement taiwanais, ce projet annuel se développe et se renouvèle sans cesse. Durant les douze premières éditons, 55 spectacles ont été produits par 38 compagnies, et 16 d’entre elles ont ensuite réalisé des tournées en Europe. Elles ont donné au total plus de 100 représentations en France et dans d’autres pays européens.

La culture taïwanaise, comme nous l’avons montré dans les éditions précédentes, implique en elle-même plusieurs facettes ; elle s’est nourrie d’influences multiples au cours de son histoire, austronésiennes, chinoises, japonaises, européennes, américaines, etc. – qui toutes ont contribué à son actuelle diversité. Ayant pour mission de présenter cette richesse et cette diversité sans pour autant donner aux spectateurs occidentaux des impressions stéréotypées, notre projet annuel donne libre cours aux artistes pour qu’ils puissent montrer, à leur tour et avec leurs expériences, ce qu’est le spectacle vivant de Taïwan et comment son évolution se lie intrinsèquement avec cette complexité culturelle et historique.

Pour l’année 2019, la programmation se décline autour du thème « traditions revisitée et créations intemporelles ». L’idée de cette programmation n’est pas d’imposer une définition fixe aux styles et aux genres des créations artistiques taïwanaises. C’est pourquoi nous avons sélectionné trois spectacles très différents basés sur la fusion entre éléments traditionnels et éléments modernes ; leur interprétation de la tradition brise les conventions habituelles. Nous avons également choisi un spectacle de danse contemporaine qui utilise des techniques de danses occidentales dans un contexte asiatique. Nous espérons que, notre programmation estivale pourra satisfaire votre curiosité et vous donner envie de connaître davantage le potentiel créatif de nos artistes :

Le Passage à Lo-Jin de Gang-a-tsui Theater est adapté d’un roman éponyme. Il s’articule autour du personnage central de Hsu Ching, un acteur travesti d’opéra Liyuan provenant de la province de Fujian en Chine. En passage avec sa troupe dans la ville portuaire de Lo-Jin à Taïwan, Hsu Ching est réputé pour son interprétation dans Le Miroir aux litchis, une pièce classique très prisée au 19e siècle. En associant théâtre contemporain et art traditionnel de Nanguan, et en plaçant roman et livret théâtral en regard l’un de l’autre, la pièce présente avec une grande subtilité les liens entre personnages de théâtre et personnages puissants à Taïwan. Elle révèle surtout la complexité inhérente aux rapports de pouvoir, et questionne l’identité dans la société coloniale taïwanaise de l’époque.

 

 

 

Wu Song, le vainqueur du tigre, présenté par la jeune troupe talentueuse du Hsing Legend Theatre, est une pièce adaptée d’un épisode du grand roman classique Au bord de l’eau de Shi Nai-An du 14e siècle. Elle raconte l’histoire de Wu Song, un guerrier si doué pour les arts martiaux qu’il a un jour réussi à tuer un tigre à mains nues, d’où son surnom « le vainqueur du tigre ». Le Hsing Legend Theatre s’emploie à transposer sur scène, avec une audace novatrice et en rupture avec les normes habituelles, les chefsd’œuvre de la littérature classique. Pour ce faire, il n’hésite pas à unir sur les planches street dance, gestique d’opéra de Pékin, acrobaties, kungfu et mime. Cette toute première création du Hsing Legend Theatre sur le modèle de l’opéra de Pékin traditionnel est le fruit du travail collectif de l’ensemble des membres de la troupe.

 

 

 

038 est l’indicatif téléphonique de la région de Hualien à Taïwan. Pour tous les Hualiennais qui ont quitté la région pour trouver du travail ailleurs, il est le précieux sésame qui permet de rester en contact avec le « pays ». Ainsi, l’œuvre de Kuo-Shin Chuang Pangcah Dance Theatre, 038, exprime la reconnaissance et le respect des populations envers Mère Nature à l’aide d’un langage corporel dont la syntaxe si particulière est portée par les chants et les danses. Pourtant, tout en abandonnant les stéréotypes de danses traditionnelles rituelles associés aux tribus autochtones, elle aborde sa propre culture sous un angle résolument contemporain en l’insérant dans une perspective multiculturaliste qui est celle de Taïwan. Cette œuvre conte une « Odyssée contemporaine » de quête de soi et d’identité à travers un retour au pays natal profondément ancré dans le réel.

 

 

Rage de B.DANCE, s’inspirant du roman éponyme de l’écrivain japonais Yoshida Shuichi et du film adapté de Lee Sang-il, a été le fruit d’une réflexion de longue date sur les effets des évènements sociaux majeurs en Asie. À travers la beauté et la fluidité des corps se reflètent désolation et solitude. Dans le monde que Rage élabore sous nos yeux, les distances entre les corps et celles entre les cœurs s’entrecroisent et interagissent. Les danseurs parlent avec leur corps, leurs mouvements décrivant les différentes émotions et réactions qui naissent chez les gens ordinaires confrontés à des troubles.

 

 

 

 

 

Coordination et communication du projet  : DoubleSens Cultures

Plus d’informations: Taiwan Avignon off 台灣外亞維儂藝術節

 

Revenir en haut de page